JYKUUU futur roi des magazines graphiques ?

Pas évident de passer à côté du phénomène littéraire de ce début d’année, JYKUUU (prononcez Jaï/Cou) est sans conteste l’ovni éditorial du moment. Analyse complète d’un webzine définitivement pas comme les autres.

Caser les codes. Voilà ce que JYKUUU propose à qui s’y risquera. Non seulement d’un point de vue littéraire mais aussi graphique, le webzine estampillé made in France (cocorico) fait une entrée fracassante dans l’anticonformisme.

Mix d’auteurs, grapheurs et designers, il est avant tout la matérialisation profonde d’un collectif francophone ayant comme ambition ultime, de faire du magazine littéraire une institution. Une révolution.

S’appuyant avant tout sur une base littéraire comptant quelques auteurs de renoms savamment dissimulés sous anonymat, il fait ce que personne avant lui n’avait osé faire. Éparpiller. Exploser. Disséquer, ce bon vieux français, pour le transformer. Le transcender même.

À travers une myriade de textes à la fois créatifs ou romantiques, Zuste Une Question de Lov ou Beaunichon entre autres, fer de lance de la new-school imposée par le webzine, il s’affirme comme étant un des mieux placés du genre pour révolutionner ces codes, codes dépassés selon les auteurs.

Côté design intitule pour vous de chercher colonnes pagination ou sous-titres, chez JYKUUU tout a été repensé. Un bien pour un mal ?

S’il ne fait aucun doute sur le talent des auteurs, le côté très design et contemporain aura néanmoins du mal à ravir 100% des personnes. Fort d’un lecteur sur-mesure (pareille à une liseuse) mais dépourvu de classicisme autant sur la table des matières que sur le chapitrage, le lecteur résolument trop ancré dans son cocon traditionaliste trouvera quelques difficultés à s’adapter totalement à ce forma inédit.

Si JYKUUU est sans nul doute une révolution pour qui veut découvrir une littérature futuriste et résolument visionnaire, il est aussi et c’est là son énorme point fort, un lieu de liberté totale. Ou contenu et Forme vont de paires avec expression et esthétisme.

Révolutionner la littérature, et au-delà de tout ses normes à souvent était l’échec de quelques penseurs et auteurs français, bien ou mal vus, mais jamais garant du succès de leur démarche. Raymond Queneau et son néo-français en sont l’exemple majeur.

Avec une littérature dénuée de normes, un graphisme ou la liberté est religion, le webzine français s’impose comme un des futurs grands noms de la presse française et internationale. Car c’est un fait, JYKUUU ne possède pas une, mais 5 versions de son numéro. Qui là aussi, ravira ou non, les littéraires en manque d’anticonformismes.

Bientôt passé en phase active et disponible en téléchargement gratuit, ce qui semble être le phénomène littéraire du moment, saura d’ici peu si quid de son ambition internationale, quid de sa révolution éditoriale, réussira à faire de lui un des MUST à posséder dans sa poche.

Car c’est bien là l’avantage number ouan du webzine, une fois acquis, son contenu reste disponible H24 7/7 et rien que pour ça, littéraire ou pas, anticonformisme ou non, comme dirait un célèbre juré made in québec « J’achète ! »